Partagez | 
 

 I got my eyes on you - Coraac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
» HABITANTE DE BRONX
avatar
BUCKET LIST
PASSEPORTJe suis arrivé(e) à New York le : 02/12/2017 et j'ai envoyé : 21 mails. Dans la vie, je suis : chanteur international. J'ai : 26 ans et j'habite : l'upper east side. Actuellement : célibataire et ayant une préférence pour : les femmes indéniablement. Je suis plutôt : joueur D'ailleurs on m'appelle : . sur Nerve. J'ai rapporté(e) : 29 dollars. On me confond souvent avec : Abel Tesfaye. Je dois mon joli minois à : poupoune et mon pseudo sur la toile est : OVOXO (Antoine). Multis-comptes » : None
Voir le profil de l'utilisateur http://we-are-columbia.forumactif.com/t231-isaac-payne-abel-tesf http://we-are-columbia.forumactif.com/t343-legend-of-the-fall
I got my eyes on you - Coraac, Mar 5 Déc - 12:30

❝I got my eyes on you … ❞
ISAAC & CORA

Ma vie a bien changé depuis maintenant trois ans et je dois avouer que j’ai pas vraiment à me plaindre de tout ça bien au contraire. Cependant malgré tout ça je suis le même homme, je ne me prends pas la tête avec la gloire, je n’oublie pas d’où je viens ni même qui je suis, apportant mon aide à ceux qui ont toujours été avec moi alors que j’avais une vie de débauche et la première que j’aide en l’occurrence c’est ma mère qui peut à présent profiter de la vie sans se faire chier en allant travailler, qui n’a plus besoin de quoi que ce soit. Mon seul regret c’est de ne pas avoir pris cette décision plus tôt, de ne pas avoir chanté plus tôt car j’aurais pu éviter à ma mère un tas d’années de souffrance, sa santé qui clairement en a pris un coup à cause de tous ces travails qu’elle accumulait uniquement pour moi et pour que je puisse avoir une enfance heureuse comme la majorité de mes camarades de classes. Pour tout cela je lui serais entièrement reconnaissant et aujourd’hui j’en profite pour lui rendre visite car j’ai un gala ou plutôt une soirée mondaine organisé sur Toronto et étant un enfant de cette magnifique ville, j’ai été nommé tête d’affiche ce qui pour le coup me tient particulièrement à cœur. Ce genre de soirée ne fait clairement pas partie de qui je suis mais je dois y participer uniquement pour mon image et aussi pour cette ville qui m’a accueilli il y a de cela une bonne vingtaine d’années. Je ne connais pas la liste d’invité et je préfère ne pas demander car je n’y vais pas pour voir quelqu’un en particulier mais bien pour profiter de ma soirée ici, de retrouver ma ville natale et ma mère par la même occasion, cette même mère n’ayant jamais réellement coupé les ponts avec Cora et la portant encore dans son cœur à l’heure d’aujourd’hui. Le sujet qu’elle sait sensible et donc qu’elle évite tout de même mais elle me connait cependant et devine parfaitement que son absence me pèse au fond. Depuis que je suis sur San Francisco, je ne l’ai toujours pas croisé et ce par je ne sais quel miracle mais je sais pertinemment que je ne pourrais l’éviter constamment et ce jour ou l’on va se rencontrer risque d’arriver à un moment ou un autre, à moins qu’elle ne m’ait menti et qu’elle n’est pas réellement parti sur la côte ouest des Etats Unis, mais ailleurs, qui sait ? En tout cas je n’ai pas de nouvelles d’elle alors qu’à l’inverse elle en a de moi surement par ma mère et par les médias qui prennent un malin plaisir à étaler ma vie un peu partout. Je sais en revanche que lorsque je vais la croiser l’ambiance risque d’être glaciale et je redoute réellement cette rencontre. La douce Cora amoureuse que j’ai connue est partie en même temps que notre relation et je suis conscient que tout cela est de ma faute mais je ne pouvais pas faire autrement. Retourner ici bien entendu ne fait qu’empirer ce sentiment amer et je ne peux m’empêcher de penser à notre couple mais une chose est sûre, c’est que je ne risque pas de la croiser ce soir car elle n’est plus à Toronto et ce depuis bien longtemps. Une fois que je suis prêt je dépose un doux baiser sur la joue de ma mère que je laisse seule ce soir me rendant à ce fameux gala sans être accompagné car sinon ça risque de parler et ce n’est pas ce que je souhaite. Lorsque j’arrive dans cette magnifique villa illuminée je remarque que je ne suis pas le premier à arriver et c’est même l’inverse qui se passe. Je salue la majorité des personnes que je croise et très vite je remarque un visage familier me stoppant totalement dans ma démarche, mon souffle se coupe immédiatement avant que ce ne soit au tour de mon cœur de rater un battement. Elle est là, et je remarque qu’elle n’est pas seule, au contraire elle est très bien accompagné et même on ne peut plus proche de cet homme que je vois déposer un baiser sur ses lèvres ce qui a tendance à me faire grimacer. Bien entendu elle a le droit d’avoir refait sa vie mais ça n’empêche que ça me touche et pas qu’un peu. Cette soirée risque d’être longue et je vais la subir plus qu’autre chose. Cependant rien ne pouvait être pire que de voir l’homme ayant embrassé Cora s’approcher de moi pour me féliciter et me faire part de sa joie de me rencontrer, me présentant par la même occasion celle qu’il nomme comme sa fiancée ce qui me glace le sang immédiatement alors que je ne peux m’empêcher de la regarder de façon assez mauvaise, le regard noir. Je fais comme si je ne la connaissais pas car il ne doit pas savoir que nous sommes ex. « Félicitation à vous en tout cas et merci pour tes encouragements à propos de ma musique » Je les quitte un instant saisissant une coupe de champagne ressassant tout ça dans mon esprit avant que ce dernier ne partent aux toilettes. Je passe devant Cora manquant de la bousculer sortant afin de prendre l’air loin de tout ça, pour digérer la nouvelle l’air de rien.
© LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
» STUDENT
avatar
BUCKET LIST
PASSEPORTJe suis arrivé(e) à New York le : 01/12/2017 et j'ai envoyé : 14 mails. Dans la vie, je suis : étudiαnte en psychologie clinique. J'ai : 26 ans et j'habite : ά mαnhαttαn. Actuellement : fiαncée ά un homme pour lequel ses sentiments commencent doucement ά s'essouffler et ayant une préférence pour : les hommes uniquement. Je suis plutôt : αucun des deux, cest pαs vrαiment son délire. D'ailleurs on m'appelle : pαs. sur Nerve. J'ai rapporté(e) : 22 dollars. On me confond souvent avec : αlexis ren. Je dois mon joli minois à : breαkfαstclub. et mon pseudo sur la toile est : treαsure (mαllαury). Multis-comptes » : none.
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I got my eyes on you - Coraac, Mar 5 Déc - 21:53

Cαnαdα ton αmour toronto ville de ton cœur. Pour la première fois depuis, tu reviens finalement sur tes terres. C'est ta famille, que tu n'as pas revu, dont la plupart ignore encore ton retour, à l'exception peut-être de ton propre père. C'est pas vraiment pour toi, davantage pour cet homme que manifestement tu accompagnes. Ton statut de future épouse, qui parfois ne te laisse pas forcément le choix. Tes études que tu tentes vaguement d'ajuster à ses propres occupations. C'est pas facile corα, capacités déconcertantes pour te permettre éventuellement de ne pas te laisser entièrement submerger. Proposition que jamais tu n’acquiesces, profession que tu ne lâcheras pas, sous prétexte que ta situation financière, aujourd'hui s'améliore. T'es brillαnte, pas de celles qu'on se contente désespérément d'entretenir. Tu sais probαblement, à quel point les circonstances, n'en demeuraient pourtαnt, que beaucoup plus simples, moins compliqué. La solitude qui récemment te pèse, horaires terriblement contradictoires, du temps qui défile tout juste sous tes yeux. Sacrifice que tu lui octroies, cette fois. Ton rôle, qui représente de ne pas uniquement te réjouir d'occasions qui t'arrangent. C'est dorénαvαnt, te ravir faussement de rencontres auxquelles tu n'accordes réellement, aucun intérêt. Évènements qui pour toi, n'ont aucun sens, davantage éloigné de ton environnement passé. T'es pas véritablement dans ton élément, rarement t'éterniser au profit de pαrfαits inconnus, dont tu ignores délibérément tout. Corα, uniquement considérée, comme la fiαncée de. Sourires multiples de façade, souvent crispés, rαrement αuthentiques. T'es pas à ta place corα, son milieu depuis toujours, non le tien. Le temps qui malheureusement n'y fera rien, les efforts qui ne suffisent pas. Tes soirées qui bêtement consistent à patienter, à espérer que les heures s'écoulent vivement. Corα que l'intelligence ne sauvera pas, faire relαtivement bonne figure, t'écarter finαlement, pour mieux respirer. Toutes ces choses que tu ne comprends pas, plαisir qu'il αffirme néαnmoins, ne pas tirer à son tour. Son αctivité qui accessoirement ne se résume pas à vivoter inlassablement à l'arrière de son bureau. T'es lasse corα, désabusée d'un monde qui ne te correspond horriblement pas. Cette fois, tu voudrais partir, tout plaquer sans te retourner, au moins pour la soirée. Après tout, tu as déjà été capable de pire, αupαrαvαnt. Rien qui ne saurait brider cette volonté vaguement dissimulée que de t'éloigner, à l'exception peut-être, d'un αmour dont tu tentes encore de te convaincre. T'es jolie corα au travers de ta robe blanche, certainement hors de prix. Tu as l'air davantage adulte, que tu ne l'es d'ordinaire. Ton vêtement pour étrangement refléter ton stαtut à venir. Tu as changé, tu n'es désormαis plus véritablement la même. Les αnnées certes, ton histoire humblement salvatrice d'un vécu que tu tentes à jαmαis de fuir, surtout. Perfidie laissée derrière toi, dont tu n'as même pas le souvenir d'avoir un jour abordé, les conséquences. Le silence que tu as préservé, également lorsque le responsable fut au sommet de sa gloire. Tu ne t'aies manifestement jαmαis glorifiée quant à votre histoire, tu es assez intelligente pour ne pas le faire, fαir-plαy, d'un homme détestablement lâche, sur lequel tu n'as même pas craché, malgré la haine. Tu as fait une croix corα, de moins c'est ce que tu imagines. Relαtion que tu préserves quant à sa propre mère, trop compliqué pour toi, de la mépriser en retour, non responsable logiquement, de la trahison perpétrée par son fils. Ça a pris du temps, tu sais, ton compagnon, non étranger à ta guérison, elle fut presque interminable. Lentement tu vagabondes d'une personnalité à l'autre, tes mains pour englober son bras auquel ouvertement tu t'accroches, ta bague en évidence. Il a l'air si fier de toi corα, plus que tu ne l'es, assurément. Tendre regard que tu lui adresses, avant que ta prochaine rencontre ne soit tristement, synonyme du début de la fin. Ta lèvre que tu pinces aussitôt entre tes dents. Ton visage si doux pour soudainement s'obscurcir, tu ne t'efforceras pas de consentir à la moindre ébauche d'un sourire attrocement forcé. Tu prends sur toi, le dévisage d'une insolence presque insultante. Le souffle que tu retiens, pour ne pas simplement l'incriminer de tous les maux. Tu ne veux pas qu'il s'approche de l'homme que tu t'apprêtes prochainement à épouser, bien que tu ne puisses ouvertement lui déclarer ton dédain. Ton cœur, le rythme cardiaque qui étrangement s’accélère, l'αnimosité, probαblement. Quelques mots courtoisement échangés, pas un qui ne viennent cependαnt, s'extraire de ta propre bouche. Ton compagnon qui momentanément s'échappe à son tour, une minute, pas plus, selon-lui, isααc qui s'empresse lâchement de te devancer, dans une course folle jusqu'à la sortie. Tu lui en veux corα, rαncune sur laquelle tu ne parviens pas à tirer un trait. Les secondes que tu laisses naïvement s'écouler, avant que tu ne daignes, en faire de même. ─ t'αvαis pαs une cαtin, sous lα mαin, ce soir? ce n'est pαs ce qui te mαnquαit αutrefois, je doute que ce soit le cαs, mαintenαnt. Tu affirmes, question purement rhétorique. corα dont la haine entrave largement la déception. Jolie blonde, pαrfαitement inoffensive à première vue. La brise légère pour se mêler à ta chevelure blonde, minutieusement travaillée, mais à la fois désordonnée. ─ ceci-dit, je ne suis pαs.ici pour débαttre sur les pétαsses qui t'entourent, seulement pour te prévenir de ne plus l'αpprocher. Tu souffles, l'αgressivité d'une attitude étonnamment calme. Froideur déconcertante, hostilité que tu ne cherches évidemment pas à abriter. Tenter idiotement de faire bonne figure, ton avenir que tu refuses une nouvelle fois de briser, au détour d'un malentendu.



i αm tired of this plαce i hope people chαnge i need time to replαce whαt i gαve αwαy. αnd my hopes, they αre high i must keep them smαll though i try to resist i still wαnt it αll. only fools fαll for you. our lives don't collide, i'm αwαre of this. we've got differences αnd impulses αnd your obsession with.

☾ only fools fαll for you.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
» HABITANTE DE BRONX
avatar
BUCKET LIST
PASSEPORTJe suis arrivé(e) à New York le : 02/12/2017 et j'ai envoyé : 21 mails. Dans la vie, je suis : chanteur international. J'ai : 26 ans et j'habite : l'upper east side. Actuellement : célibataire et ayant une préférence pour : les femmes indéniablement. Je suis plutôt : joueur D'ailleurs on m'appelle : . sur Nerve. J'ai rapporté(e) : 29 dollars. On me confond souvent avec : Abel Tesfaye. Je dois mon joli minois à : poupoune et mon pseudo sur la toile est : OVOXO (Antoine). Multis-comptes » : None
Voir le profil de l'utilisateur http://we-are-columbia.forumactif.com/t231-isaac-payne-abel-tesf http://we-are-columbia.forumactif.com/t343-legend-of-the-fall
Re: I got my eyes on you - Coraac, Mar 5 Déc - 21:59

❝I got my eyes on you … ❞
ISAAC & CORA

Toronto ville maitre dans laquelle j’ai grandi et appris à me protéger plus qu’à m’ouvrir au monde se voulant bien mauvais et capable du pire lorsqu’il s’agit de faire souffrir. Retour se voulant tardif mais opportunité sur laquelle je me jette uniquement pour le plaisir de revenir, de respirer cet air de nouveau, revoir des visages pour mon plus grand plaisir, vagabonder dans cette ville que j’aime plus que tout et dans laquelle j’envisage de revenir le moment venu. L’instant n’étant clairement pas à retour non pas par manque d’envie mais uniquement par stratégie marketing, San Francisco pour clairement être une ville me permettant d’être plus mis en lumière qu’ici dans la ville des Raptors que je continue de suivre de temps à autres lorsque j’ai rien d’autre à faire et que j’ai besoin d’une pause basket. Soirée mondaine étant un simple prétexte pour revenir, la totalité de cette soirée dont je ne me préoccupe absolument pas. Les personnes présentes pour plus m’agacer qu’autre chose avec leur discours de pro riche, leur accent me donnant l’envie de leur arracher la langue. Au moins je les côtoie au mieux je me porte, cependant je dois tout de même passer du temps  à parler par moment étant invité moi aussi. L’envie de les envoyer clairement bouler que je garde dans un coin de ma tête mais bien que la tentation soit grande, je me dois de rester exemplaire, calme et ce même si je remarque sur moi quelques regards hautain me faisant comprendre que je ne suis pas du même monde qu’eux, que je ne suis pas une race pure car je suis né pauvre et que je suis devenu riche mais je rumine dans mon coin sans trop rien faire contre cela car si j’explose les choses vont aller très loin. Les doubles discours que ceux-ci tiennent pour me sortir encore plus par les yeux. Ce soir j’ai en face de moi la gangrène de Toronto, ce que l’on fait de pire, prêt à tout pour remporter le jackpot quitte à enfoncer un ami et clairement nous ne faisons pas parti du même monde c’est une certitude. J’ai des principes et des valeurs sur lesquels je ne vais pas tirer un trait et je resterai moi-même, ce genre de personne que je ne souhaite absolument pas devenir et sur qui je ressens aucun sentiment envieux, c’est même tout l’inverse pour être tout à fait honnête. Cependant discuter avec ce genre de personne n’était pas la pire chose qui pouvait m’arriver puisque je me retrouve sans pouvoir rien faire, en face d’un homme me félicitant comme tout le monde et me faisant part de son côté fan si je puis dire, mais ce qu’il y a de dérangeant c’est clairement la personne qui l’accompagne. Son regard que je remarque soutenu et relativement sombre qui ne m’échappe pas, mais alors que j’allais simplement me taire et partir l’air de rien, ce dernier parle de son épouse et je comprends très vite qu’elle est mariée ou du moins fiancée et c’est mon regard qui s’assombrit alors que je les félicite. Lui prenant cela comme un compliment mais elle sachant que je dis ça avec beaucoup de provocations. Son mari pour nous quitter alors que je fais de même ne souhaitant pas rester avec elle. Fut un temps ou j’aurais voulu, mais maintenant que je sais tout ça c’est une certitude que je ne veux plus rien savoir d’elle pour sûre. Cette dernière pour me rejoindre à l’extérieur et m’attaquer sur mes fréquentations ce qui me fait rire alors que je me retourne pour l’affronter à l’aide d’un regard on ne peut plus provocateur « Non comme tu peux le voir. Je suis revenu ici pour voir mes proches et notamment ma mère, non pas pour me balader pour narguer tout mon monde avec ma bague de fiançailles. Cependant vas y crache ton venin c’est ce que tu fais de mieux. » Me montrer très froid et blessant dans mes paroles volontairement. La réduire à toutes ces vieilles garces présentes ce soir pour étaler leur richesse aux yeux de tout le monde pour être vu comme la plus riche de Toronto. Son copain qu’elle défend bec et ongle et qu’elle m’interdit de croiser alors que je rigole à son nez de nouveau « Ce discours tu n’as qu’à le tenir auprès de ton mari car je ne l’ai pas approché un instant, mais c’est bien lui qui l’a fait car le pauvre ne doit être au courant de rien certainement. Malgré ce que j’ai fait j’ai au moins eu le courage d’être honnête. Qu’en est il de toi ? » Tromperie dont elle ne sait clairement rien et dont je ne souhaite pas épiloguer car je ne veux pas lui en parler pour l’attendrir. De plus elle ne me croira pas lorsque je lui dirais qu’en réalité je n’ai rien fait et que je me suis simplement contenté de me rapprocher de cette jeune femme pour que ça paraisse plus vrai. Passer à l’acte avec cette dernière comme je l’avais prévu qui n’était tout simplement pas possible pour moi, mais je lui ai demandé cependant de faire comme si ça avait été le cas et j’ai agi de même, m’enfin nous ne sommes pas là pour parler de ça « En revanche toi, laisse ma mère ou elle est d’accord. Prends ton Roméo avec toi et fait tout ce que tu veux ça m’importe absolument pas mais ne t’avise plus de parler à ma mère. Tu cherches quoi à faire ça hein. Je ne veux même pas savoir en fait, je m’en tape complètement de ce que tu veux, mais je te le dis une bonne fois pour toute d’arrêter tout ton stratagème. T’as l’air bien avec ton Bill Gates blindé jusqu’au cou alors parle à ta belle mère mais laisse la mienne en dehors de ça. J’espère que c’est bien clair et que c’est rentré dans ta tête. Normalement ça devrait pas être compliqué pour madame je suis major de ma promo » Son agressivité dont je me nourris pour lui balancer en plein visage par la suite. Les choses que je ne souhaite plus vraiment arranger, ma vie que je ne souhaite pas lier à la sienne.
© LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
BUCKET LIST
PASSEPORT
Re: I got my eyes on you - Coraac,

Revenir en haut Aller en bas
 
I got my eyes on you - Coraac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE COLUMBIA ::  :: AUTOUR DU MONDE :: AMÉRIQUE DU NORD-
Sauter vers: